retour
a la liste

-league-

Votre
Mission

Stoooop ! Je réfléchis avant de foncer sur la touche « imprimer ». À la maison et au bureau, mes impressions papier, je les réduits de ramettes (de 500 pages A4) par an. En prime, je gagnerai de l’espace avec toute cette paperasse qui s’accumule un peu partout.

Et hop ! La planète compte 0,02 tonnes de CO2e en moins sur un an !

You hou ! Mon bilan carbone de Super Héros Carbone a diminué de 0,1 %
(sur la base de l’étude belge la plus récente, effectuée en Flandre, et qui estime le bilan carbone d’un citoyen belge à 21 tonnes de CO2e par an).




Comme tout produit, le papier est générateur d’impacts sur l’environnement tout au long de son cycle de vie

storage/action/6/pVqRz4ZylbjjEzX9WRl30ALZkN3NxNtBrYtcHZUD.jpeg
Comme tout produit, le papier est générateur d’impacts sur l’environnement tout au long de son cycle de vie (extraction de matières premières, transformation, fabrication, distribution, utilisation et traitement des déchets).
L’impression génère aussi une consommation d’encre et une consommation d’électricité par l’imprimante.

comment

on calcule ça ?


  • 1 ramette (de 500 pages A4) de papier vierge (à grammage 80g) équivaut à 3,29 kg CO2e. (Source : Base cabone Ademe)
  • L’impact CO2e du papier représente 50% de l’impact global d’une impression. (Source : ACV Lexmark 2011)
  • Les autres impacts sont : 10% pour la consommation énergétique de l’imprimante, 30% pour la fabrication de l’imprimante et 10% pour l’encre. (Source : ACV Lexmark 2011)
  • Tonnes de CO2e évitées = [(3 * 3,29 * 100/50) / 1000]

coin

lecture