retour
a la liste

-league-

Votre
Mission

Que je sois au bureau, à la cantine scolaire, ou au snack du coin, je fais bouger les groupes dans lesquels je suis impliqué. On ne s’en rend pas toujours bien compte mais nos comportements alimentaires ont un impact sur l’environnement et le climat.

Et comme je suis un Super Héros qui aime expliquer le pourquoi des choses, j’aide la cantine, le restaurant d’entreprise, voire même le traiteur à opter pour des produits locaux et de saison. Et, si possible, certifiés bio de surcroît ! 

Ensemble, on relocalise kilos de légumes chaque semaine.

Et hop ! La planète compte 15,275 tonnes de CO2e en moins sur un an!

« La mondialisation abonde dans nos corbeilles : kiwis de Nouvelle-Zélande, ananas d’Afrique de l’Ouest et bananes d’Amérique du Sud…

storage/action/40/CK6ocDUpHZZtVkJmNW4ZbCHY7XdukY4Mmuzsg2Yj.jpeg
Une grande partie des émissions de gaz à effet de serre liée à notre alimentation est générée par l’acheminement des marchandises. Le transport aérien est particulièrement nuisible au climat car les avions survolant les océans consomment une grande quantité de carburant. Et la plupart du temps, nos aliments atterrissent dans nos assiettes après avoir effectué un long voyage ou subi un processus de production coûteux (pour l’environnement). »

(extrait de « La protection du climat passe par une bonne alimentation »)

comment

on calcule ça ?


Une étude suisse de l’université de Zurich a étudié l’analyse de cycle de vie de certains légumes et établi que :

  • 1 kg d’asperges vertes locales génère 1 kg de CO2e,
  • 1 kg d’asperges vertes espagnoles (acheminées en camion) génère 1,5 kg de CO2e,
  • 1 kg d’asperges vertes du Pérou (acheminées en avion) génère 15 kg de CO2e,
  • 1 kg de tomates cultivées en champs ou en serres non chauffées génère 0,5 kg de CO2e,
  • 1 kg de tomates cultivées en serres chauffées génère 5 kg de CO2e.
Pour l’estimation, n’ayant pas les chiffres pour tous les légumes, on considère que votre usage hebdomadaire est constitué pour moitié d’asperges (mix d’espagnoles et de péruviennes) et pour moitié de tomates.

Tonnes de CO2e évitées = [(50 / 4 * (1,5 – 1)) + (50 / 4 * (15 – 1)) + (50 / 2 * (5 – 0,5))] * 52 /1000