retour
a la liste

-league-

Votre
Mission

J’ai du mal à accepter que l’oignon qui est dans mon assiette vienne de Tasmanie, alors que moi j’évite à tout prix de voyager aussi loin en avion. C’est décidé, en tant que Super Héros je préfère les fruits et légumes locaux et de saison. Pas question qu’ils fassent le tour de la Terre avant d’atterrir dans mon assiette. 

Par exemple, je remplace :

  • kg d'asperges vertes espagnoles (transportées en camion) et kg d'asperges vertes du Pérou (acheminées par avion) par des asperges de mon producteur local
  • kg de tomates (cultivées en serre chauffée) par des tomates mûries sous le soleil belge (c’est pour ça qu’en Belgique la saison des tomates démarre en juillet !). Je fais de même avec mes autres fruits et légumes.

Et hop ! La planète compte 0,06 tonnes de CO2e en moins sur un an!

You hou ! Mon bilan carbone de Super Héros Carbone a diminué de 0,3 %.
(sur la base de l’étude belge la plus récente, effectuée en Flandre, et qui estime le bilan carbone d’un citoyen belge à 21 tonnes de CO2e par an).

Une grande partie des émissions de gaz à effet de serre liée à notre alimentation est générée par l’acheminement des marchandises.

storage/action/25/51xkWwweOXF5XEInIZU6hHAnmMZ9xccTfbHShxUV.jpeg

« La mondialisation abonde dans nos corbeilles : kiwis de Nouvelle-Zélande, ananas d’Afrique de l’Ouest et bananes d’Amérique du Sud… tous ces produits venus d’ailleurs nous offrent bel et bien des plaisirs variés et égaient notre table.

Une grande partie des émissions de gaz à effet de serre liée à notre alimentation est générée par l’acheminement des marchandises. Le transport aérien est particulièrement nuisible au climat car les avions survolant les océans consomment une grande quantité de carburant. Et la plupart du temps, nos aliments atterrissent dans nos assiettes après avoir effectué un long voyage ou subi un processus de production coûteux (pour l’environnement). »

(Extrait de « La protection du climat passe par une bonne alimentation »)

comment

on calcule ça ?


Une étude suisse de l’université de Zurich a étudié l’analyse de cycle de vie de certains légumes et établi que :
  • 1 kg d’asperges vertes locales génère 1 kg de CO2e,
  • 1 kg d’asperges vertes espagnoles (acheminées en camion) génère 1,5 kg de CO2e,
  • 1 kg d’asperges vertes du Pérou (acheminées en avion) génère 15 kg de CO2e,
  • 1 kg de tomates cultivées en champs ou en serres non chauffées génère 0,5 kg de CO2e,
  • 1 kg de tomates cultivées en serres chauffées génère 5 kg de CO2e.
  • Tonnes de CO2e évitées = [(2 * (1,5 – 1)) + (1 * (15 – 1)) + (10 * (5 – 0,5))] /1000